© 2017 Copyright Roc Assur avec In'Up Market & Com' 

Mentions légales   

NOUS CONTACTER

60 avenue de la Plage

62155 Merlimont

gestion@rocassur.com

 

03 21 09 24 75

du lundi au vendredi

de 9h30 à 12h30 

Copyright Roc Assur avec In'Up Market & Com' - Mentions légales - Réclamation

 L'information diffusée sur ce site est non contractuelle et à caractère publicitaire

Les informations recueillies sur ce formulaire sont enregistrées et conservées dans un fichier informatisé. Elles sont transmises aux équipes en charge du suivi de vos demandes.
Conformément au Règlement général sur la protection des données (RGPD), vous pouvez exercer votre droit d'accès aux données vous concernant et les faire rectifier ou supprimer. Vous pouvez également exercer votre droit de limitation du traitement et votre droit à la portabilité des données en nous contactant. Voir les mentions légales.

J'accepte ces conditions d'utilisation :
Please reload

Posts Récents

Attention, votre retraite complémentaire va baisser de 10% sauf si vous travaillez plus longtemps !

02/10/2018

 

Si vous êtes né après 1957 et que vous n'êtes pas déjà à la retraite, vous êtes concerné !

 

Dès le 1er janvier 2019, le système de bonus-malus destiné à inciter les salariés du privé à travailler plus longtemps, rentrera en vigueur.

"Travailler plus" c'est cotiser 1 an de plus afin de renflouer les caisses des régimes de retraite complémentaire Agirc-Arrco.

 

Avec ce nouveau système de bonus-malus, un salarié faisant valoir ses droits à la retraite à l’âge légal et avec le nombre suffisant de trimestres cotisés pour bénéficier d’une retraite à taux plein, subira néanmoins une décote de 10 % de sa pension complémentaire pendant les trois premières années de versement.


Toutefois,

> s'il accepte de travailler une année de plus, ce malus disparaît.

Et mieux encore,

> s'il travaille 2 ans de plus, il a un bonus de 10%

> s'il travaille 3 ans de plus, il a un bonus de 20%

> s'il travaille 4 ans de plus, il a un bonus de 30%

 

Ce système de bonus-malus concerne les salariés qui remplissent les conditions d'âge (entre 62 et 67 ans) pour partir à la retraite à taux plein ou ceux qui prennent leur retraite anticipée pour longue carrière.

 

Les salariés cadres seront les plus impactés

 

En effet, la part de leur retraite complémentaire est plus importante que la retraite de base. Ils devront subir un manque à gagner élevé.


L'astuce pour eux : liquider sa retraite 1 ou 2 trimestres avant l'échéance malgré la décote prévue pour un départ anticipé.

 

Exemple pour un cadre qui aura 62 ans le 1er avril 2019 et auquel il manquera 1 trimestre pour faire valoir sa retraite à taux plein.

S’il attend d’avoir tous ses trimestres pour demander sa retraite, il pourra la faire liquider le 1er juillet 2019 à 62 ans et 3 mois. On lui appliquera alors un malus de 10 % pendant 3 ans. Pour une retraite complémentaire de 42 000 € par an, cela représente 4 200 € par an en moins, soit un manque à gagner de 12 300 € sur 3 ans.

S’il fait liquider sa retraite à 62 ans le 1er avril 2019, il subira une décote de 1% sur sa retraite complémentaire, soit 420 € par an. S’y ajoutera une décote de 1,25% sur sa retraite de base, ce qui représente 258 € en moins. Au total, le manque à gagner lié à un trimestre manquant est de 678 € par an

 

Avant de faire quoi que ce soit, et pour décider en connaissance de cause, nous vous recommandons de faire vos calculs sur le site internet de l'Agirc-Arrco

 

 

Qui va échapper à la minoration des 10% sur 3 ans ?

 

- Les salariés nés avant 1957

- Les assurés nés à compter de 1957 mais qui prendront leur retraite avant le 1er janvier 2019, au titre d’une retraite anticipée

- Les personnes qui liquident leur retraite à partir de 67 ans

- Les assurés qui, en raison de leurs revenus, seront exonérés de CSG une fois à la retraite (pour ceux qui seront soumis à un taux réduit de CSG, la minoration temporaire sera de 5 % au lieu de 10 %) 

- Les assurés handicapés

- Les assurés bénéficiaires d’une pension du régime de base dans le cadre du dispositif amiante

- Les personnes reconnues inaptes au travail

- Les mères ouvrières ayant élevé au moins trois enfants

- Les assurés ayant apporté une aide effective à leur enfant handicapé et les personnes ayant interrompu leur activité professionnelle en raison de leur qualité d’aidant familial

- Les anciens déportés ou internés ou anciens prisonniers de guerre ou combattants

 


Le cas de seniors chômeurs


Beaucoup de seniors terminent leur carrière inscrits comme demandeur d’emploi.

Dès lors qu’ils remplissent les conditions d’une retraite à taux plein, Pôle emploi cesse de les indemniser. Pour éviter une rupture de ressources, ils n’ont alors pas d’autre choix que de faire liquider leur retraite. N’ayant pas la possibilité de prolonger leur activité, ils vont donc subir de plein fouet le malus temporaire sur leur retraite complémentaire (à moins qu’ils soient exonérés de CSG ou, dans le cas contraire, qu’ils décalent d’un an le début de versement de leur retraite complémentaire, ce qui leur créerait, pendant ce délai, un manque à gagner important).

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Please reload

Rechercher par Tags
Please reload

Archives